leopard

Quand on prend sa démarche spirituelle au sérieux, on découvre une nouvelle souffrance : celle que tu ressens, de ne pas être au point, ne pas pouvoir en faire plus et mieux, etc. Insatisfaction, frustration et doutes.
On est toujours plus ou moins tiraillé mais cela a un petit effet positif d'aiguillon et non de découragement à la condition préalable d'en avoir déduit qu'il faut être patient envers soi-même et continuer sans attente d'un paiement quelconque.
Le karma yoga ( le faire sans saisie et sans attente) s'invite dans le chemin de la pratique.
Si on n'a pas le temps de s'adonner régulièrement à la pratique, il y a l'intégration dans la quotidien. C'est l'intégration de tout nos états d'âme et spécialement tout ce sur quoi en trébuche. Ces humeurs, pensées..,  surtout les désagréables, sont l'occasion de ne pas les saisir, ne pas s'y attacher, ne pas leur donner plus d'importance. On est bien décidé à ne pas se faire voler par elles notre sérénité, liberté et gaité intérieures. Intégrer est dans ce cas le fait de retourner à la non-saisie. On a effectué un lâcher-prise et cela est un véritable pas en avant, même s'il est tout petit. Un pratiquant habile ne laisse pas passer une occasion de se libérer de la saisie.
Chacun est différent, certains font le chemin sans expériences spéciales. Il leur faut alors la juste compréhension : l'essentiel est la non-saisie qui va nous délivrer de tout. Tout ce qui n'est pas la non-saisie sera à abandonner à un moment donné. Cependant les bonnes expériences sont encourageantes car elles nous montrent qu'on progresse, mais on devrait pouvoir aussi s'en passer.
Dans la méditation tibétaine il existe une superbe méthode pour éviter l'écueil des doutes : on se place en situation de méditation, on pense que notre maître médite à notre place dans notre cœur. Evidemment il se contente de la méditation ultime :  l'espace infini de la non-saisie.